« On a devant nous une épidémie » : face au coronavirus, Macron monte en première ligne

« On a devant nous une épidémie » : face au coronavirus, Macron monte en première ligne

Le chef de l’Etat s’est rendu à l’hôpital parisien de La Pitié-Salpêtrière, où a été enregistré le premier décès d’un Français des suites du Covid-19.

Soucieux de répondre au début de polémique sur la mobilisation de l’Etat face à la multiplication des cas de coronavirus en France, Emmanuel Macron s’est rendu, jeudi 27 février au matin, à l’hôpital parisien de La Pitié-Salpêtrière, dans le 13arrondissement de Paris, au côté d’Olivier Véran, le ministre de la santé, de Jérôme Salomon, le directeur général de la santé, et de Martin Hirsch, le directeur général de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).

Accompagné de médecins et de personnels soignants, le chef de l’Etat a visité le service de médecine intensive et de réanimation, où sont hospitalisés les patients présentant une affection respiratoire sévère, qu’ils soient atteints du coronavirus ou en attente du résultat de leur test. C’est dans ce service que le premier patient français mort du Covid-19, un enseignant de 60 ans originaire de l’Oise, a été enregistré dans la nuit de mardi à mercredi.

« On a devant nous une épidémie » qu’il va falloir « affronter au mieux », a notamment déclaré le chef de l’Etat. « Le président tient à montrer que la France se prépare à toute éventualité et que le système de soins français est en mesure d’y répondre, explique un proche de M. Macron pour justifier cette visite décidée à l’Elysée mercredi en fin de journée. Le président vient rassurer, montrer qu’il n’y a pas de panique mais de la vigilance. »

(Visited 97 times, 1 visits today)

Articles Simulaires